Entrepreneuriat pour le développement

Voici Ama. Elle travaille comme indépendante et est propriétaire de l'exploitation de pêche Ama qui, ces dernières années, s'est beaucoup accrue.
Mais Ama voudrait l'étendre au marché européen.
Au cours d'une rencontre internationale visant à mettre des travailleurs indépendants venant de pays en développement en contact avec des conseillers, elle rencontrée Joris qui conseille des entreprises comme Ama.
Ama a du mal à acquérir des fonds et, pour mettre AmaGlobal sur pied   elle a vraiment besoin d'un prêt.
Grâce à une garantie fournie par le gouvernement néerlandais, elle va en bénéficier.
Car cette garantie couvre les risques potentiels. Et Ama rembourse graduellement le prêt.  
Un expert en logistique opérant dans le secteur néerlandais de la pêche partage ses connaissances et expériences avec Ama.
Pour concrétiser ses projets internationaux, Ama doit pouvoir traiter le poisson rapidement. Pour ce faire, elle a besoin d'un approvisionnement constant en électricité.
C'est pourquoi le gouvernement néerlandais l'assiste au planning, à l'aménagement et à l'entretien d'équipements travaille au renouvellement de la législation et de la réglementation, et contribue à la constitution de syndicats et d'organismes publics.
Joris conseille Ama quant à l'élaboration d'un business plan.
Et Ama et ses collègues reçoivent une formation sur les procédures douanières. Ils apprennent ainsi à commercialiser leur poisson plus rapidement et à moindres coûts.
Le gouvernement néerlandais aide les travailleurs indépendants dans les pays en développement, comme Ama, à monter une société ou à l'étendre.   Investir dans des entreprises engendre de nouveaux emplois et des rentrées fiscales, avec lesquels des pays peuvent combattre eux-mêmes la pauvreté.
Un exemple qui montre que entreprendre dans les pays en développement, ça marche!