L’industrie aérospatiale néerlandaise et Airbus signent un accord pour une recherche aéronautique durable

L'industrie aérospatiale néerlandaise, représentée par M. Lex Besselink, président de l'Association nationale de l'industrie aérospatiale NAG, et Airbus SAS, représentée par Mme Grazia Vittadini, chief technology officer d'Airbus, ont signé un protocole d'accord le jeudi 25 février 2021.

La signature de ce Memorandum of Understanding est une étape importante vers l'avenir de l'aviation durable. La signature a eu lieu en présence de la ministre néerlandaise de l’infrastructure et de la gestion de l'eau, Mme Cora van Nieuwenhuizen, et de la secrétaire d'État néerlandaise à l’économie et au climat, Mme Mona Keijzer, qui ont toutes les deux souligné l'importance de l'accord et le rôle de l'industrie néerlandaise dans la réalisation d'avions durables. M. Marc Borel, directeur commissaire délégué aux transports aériens au ministère français de la transition écologique et solidaire, et le commissaire allemand à l'industrie numérique et aux start-ups et coordinateur du gouvernement fédéral pour la politique aérospatiale allemande, M. Thomas Jarzombek, étaient également présents. Le PDG de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, M. Dick Benschop, a souligné par message vidéo le soutien de l'ensemble du secteur aéronautique néerlandais; des infrastructures, des opérateurs et des industriels.

L'objectif du protocole d'accord entre NAG et Airbus est d'établir une relation stratégique à long terme dans le domaine de la recherche et de l'innovation en matière d'aviation durable, tant pour les partenaires universitaires que pour les partenaires industrielles. L'engagement d'Airbus à établir des liens avec l'industrie et les centres de recherche néerlandais, innovants et solides, est bienvenu pour permettre un retour en force de l'aérospatiale après la pandémie. "Nous sommes impatients d'atteindre les objectifs fixés ensemble et de réaliser une activité future saine tant pour Airbus que pour les membres du NAG", a déclaré Lex Besselink, président du NAG.

Le secteur néerlandais de l'aviation s'est engagé à atteindre des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2 en vue de parvenir à une aviation à zéro émission en 2070, notamment :

● atteindre les niveaux d'émission de CO2 de 2005 en 2030, et 50 % de moins en 2050 ;

● des opérations au sol à zéro émission en 2030 ;

● l'utilisation d'un minimum de 14 % de carburant durable d’aviation mélangé en 2030 ;

● remplacement de tout le kérosène fossile par des alternatives durables d'ici 2050 ;

● et viser à être un précurseur dans l'électrification de l'aviation.    

Airbus se félicite de la politique ambitieuse du gouvernement néerlandais en matière d'aviation durable, qui contribuera grandement à la réalisation de nos objectifs de décarbonisation à l'échelle du secteur. "La richesse du réservoir de talents, des capacités et de l'expérience des Pays-Bas a toujours fait de ce pays une base attrayante pour Airbus", a déclaré Grazia Vittadini, Chief Technology Officer d'Airbus. "Nous nous réjouissons d'accélérer la recherche et de travailler à des technologies de rupture pour parvenir ensemble à un avenir durable".

Le gouvernement néerlandais est un maillon important de ce protocole d'accord. Le ministère des affaires économiques et du climat ainsi que le ministère de l'infrastructure et de la gestion de l'eau sont étroitement impliqués dans cette coopération.

"C'est ma mission de positionner avec succès les entreprises technologiques néerlandaises et notre industrie manufacturière", a déclaré Mona Keijzer, secrétaire d'État à l’économie et au climat. "Après tout, nous voulons rester un leader en matière d'innovation. La coopération internationale crée des emplois et des revenus aux Pays-Bas. Par exemple, lorsque nos entrepreneurs peuvent développer et produire des composites pour les avions. La signature de ce protocole d'accord aujourd'hui signifie que nous pouvons continuer à nous engager dans ce domaine. Et c'est important pour que, lorsque l'industrie aérospatiale sortira de cette crise sanitaire, elle puisse continuer à innover et à trouver des solutions durables".

Des technologies de rupture sont nécessaires pour que l'aviation devienne plus silencieuse et plus verte. "Afin de réaliser la réduction du CO2, il est important de se concentrer sur les carburants d'aviation durables,  l'innovation technologique, les nouveaux designs d'avions et les nouveaux types de propulsion", déclare Cora van Nieuwenhuizen, ministre de l'infrastructure et de la gestion de l'eau. "Les premières mesures ont été prises, comme le premier vol de passagers au monde avec un mélange de 500 litres de kérosène synthétique. Inspirons-nous les uns les autres et entrons ensemble dans une nouvelle ère pour l'aviation".