Pays-Bas: La ferme du futur!

Après une brillante participation au SIAM en tant que pays à l’honneur en 2018, les Pays-Bas ont mis les bouchées doubles en 2019 pour mettre en avant leurs innovations agricoles et leur expertise reconnue à l’échelle mondiale. Cette année, la participation néerlandaise s’est articulée autour du thème ‘’Farming the Future’’ (Agriculture de demain), avec une attention particulière pour la coopération, l’innovation et le développement durable. Une invitation ouverte à agir ensemble pour améliorer la production alimentaire au Maroc.  

Le choix de la thématique ‘’Farming the Future’’ fait suite au constat découverte des nombreux défis que les agriculteurs doivent relever aujourd’hui, tels que le changement climatique, la pénurie d’eau et les pertes après récolte, et qui nécessitent une approche moderne à même d’assurer une alimentation suffisante, saine et respectueuse de l’environnement. C’est l’une des raisons pour laquelle le secteur agricole marocain doit évoluer dans un cadre de haute technologie, basé entre autres, sur la collecte de données électroniques et leur exploitation judicieuse, les énergies renouvelables et l’irrigation de précision.

Partage d’expertise, de savoir faire et de nouvelles technologies

Dans ce sens, les Pays-Bas, en tant que deuxième plus grand exportateur de produits agricoles au monde, a tenu à partager son expertise en matière de production durable et de solutions innovantes. Sur un grand pavillon convivial et occupant une position centrale au sein du pôle international, c’est toute l’expertise agricole actuelle et future des Pays-Bas qui a été mise en vitrine. Plus de 15 entreprises et organisations du secteur agroalimentaire hollandais ont exposé leurs innovations et leur savoir-faire dans des domaines aussi variés que l’horticulture moderne sous serre, la lutte biologique contre les parasites, l’industrie laitière, le stockage conditionné de produits agricoles, l’utilisation efficace de l'eau et des engrais, les machines agricoles, les ingrédients alimentaires et les produits de consommation, ainsi que des services de conseil pour les agriculteurs et les industries alimentaires.

Si certaines de ces entreprises sont des habituées du salon et du marché marocain, d’autres y participent pour la première fois pour établir des contacts avec leurs clients potentiels, les éleveurs et les agriculteurs, et mieux cerner les attentes du marché.

Le Pavillon a connu une grande affluence des visiteurs professionnels. Preuve s’il en fallait, du grand intérêt suscité par les entreprises exposantes et les produits ou services. En effet, la capacité d’offrir des solutions de haute qualité adaptées aux besoins et soucis actuels de l’agriculture marocaine, fait des produits hollandais un choix logique pour beaucoup de professionnels marocains.

Il est clair que l’expérience néerlandaise indéniable dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, la logistique, la recherche et l’innovation, sera hautement profitable à toutes les filières professionnelles marocaines. En effet, en adaptant le savoir-faire et les technologies des Pays-Bas aux conditions marocaines et grâce au conseil agricole et à l’accompagnement apporté aux diverse filières, les agriculteurs et autres professionnels bénéficieront de nettes améliorations de leurs activités. Cet accompagnement concerne plusieurs aspects comme l’amélioration de la qualité et de la compétitivité, la protection des consommateurs, la conduite culturale durable et respectueuse de l’environnement, l’amélioration des revenus des agriculteurs, etc.

Pays-Bas : Un cas d’école

La Hollande compte parmi les pays les plus petits, mais elle a réussi à se hisser au rang de 2e exportateur mondial de denrées agricoles et agroalimentaires derrière les Etats-Unis (sur un territoire 270 fois plus petit), et fournit le quart des légumes exportés par l’UE. Ses principales filières d’exportations sont les produits horticoles, la viande et les produits laitiers.

Les contraintes économiques et territoriales (terres situées en dessous du niveau de la mer, coût de la main-d’œuvre, forte pression foncière, etc.), ont depuis longtemps conduit les exploitants néerlandais à se mécaniser et à intensifier leur production. Le pays mise beaucoup sur la recherche et l’innovation dans les domaines des semences, de la sélection végétale, des technologies de production sous serres et d’élevage, pour atteindre une agriculture plus productive, plus rentable et en parfaite harmonie avec la nature.

Dans les fermes, presque toutes les tâches sont désormais automatisées. Ainsi, il n’est pas étonnant de voir dans les serres des engins autoguidés au milieu des allées et des légumes qui poussent sans lumière du soleil. Les fermes d’élevage sont truffées de capteurs et de caméras pour contrôler la qualité de vie des animaux et améliorer la productivité, des systèmes de recyclage de l’air et des excréments permettent de contenir la pollution générée, le transport de fumier est tracé par GPS pour éviter les dépôts sauvages…

Par ailleurs, le pays teste continuellement de nouvelles méthodes pour produire plus en utilisant toujours moins de ressources. Ainsi, bien que le pays ne souffre pas d’un manque d’eau, beaucoup d’agriculteurs ont très tôt décidé de réduire leur dépendance de cette ressource de près de 90%.  Par ailleurs, ils ont presque complètement éliminé l'utilisation de pesticides chimiques sur les cultures sous serres. De même, les éleveurs de volailles et de bétail ont réduit leur consommation d'antibiotiques de 60%. Ces prouesses font des Pays-Bas un excellent allié pour faire face à la crise alimentaire mondiale actuelle et aux changements climatiques.

Un savoir qui s’exporte

Aujourd'hui, parallèlement aux exportations de denrées alimentaires, les Pays-Bas exportent également leur savoir et leur technologie. En effet, le gouvernement, les universités, les instituts de recherche, les horticulteurs et les éleveurs prennent part à des projets de production alimentaire dans le monde entier, notamment au Maroc dans la région du Souss.

Ces performances trouvent leur origine dans la coopération entre le secteur productif et une recherche agronomique qui est à la pointe de la technologie. C’est notamment au sein de la prestigieuse université de Wageningen, mais aussi de laboratoires de recherches et de diverses start-up que sont élaborés des travaux de recherche qui seront bénéfiques localement et même au-delà des frontières.

A noter que l’exploitation efficace des connaissances scientifiques et technologiques a permis au secteur horticole néerlandais de disposer d’un mode de production sous serres dont les performances sont reconnues au niveau mondial.

Faits marquants de la participation au SIAM

La participation des Pays-Bas à cette 14e édition du SIAM a été en phase avec la thématique ‘’Farming the Future’’, mais aussi avec les deux thèmes choisis par le salon cette année à savoir : La promotion de l’emploi en milieu rural et l’Agro It Days. Ainsi, au cours du programme scientifique du SIAM, des experts néerlandais ont présenté les derniers développements en matière d'agriculture durable et compétitive. De même, cette participation a été marquée par la signature de nombreuses conventions de partenariat visant à renforcer la coopération bilatérale.

Accord Hollande - Crédit Agricole du Maroc

C’est au cours d’un atelier sur l’agriculture durable qu’a eue lieu la signature de la convention d’opérationnalisation du projet d’élevage laitier durable à Tadla Azilal, entre le Crédit Agricole du Maroc et la Section Agricole de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas à Rabat. L’exécution du projet nécessitera une enveloppe de 240.000 euros et touchera une vingtaine de grands élevages laitiers de la région.

Concrètement, il s’agira d’accompagner des exploitations laitières de la province de Tadla Azilal, clientes du Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM), dans la conduite durable de leur activité d’élevage. Les deux partenaires s’engagent à mobiliser les meilleurs experts néerlandais et marocains spécialisés pour l’identification des besoins en assistance technique des exploitations pilotes et les adapter au contexte des éleveurs marocains. L’objectif étant de démontrer qu’il est possible de réduire l’empreinte environnementale de l’élevage laitier tout en améliorant la productivité, la rentabilité des exploitations et le confort des animaux.

Dans ce sens, un expert hollandais a animé une conférence sur l’élevage durable dans les Pays-Bas, et les évolutions qu’il a connues pendant ces 50 dernières années pour parvenir au haut niveau de performance actuel.

Initiative orange corners 

Tremplin pour les start-up et la promotion de l’emploi

L'ambassade des Pays-Bas au Maroc a lancé le programme d'incubation "Orange Corners" destiné aux jeunes entrepreneurs. Ce programme vise à stimuler l’esprit et la culture de l’entrepreneuriat en mettant en relation les jeunes entrepreneurs avec les parties prenantes concernées afin d’évaluer leurs besoins et les soutenir (Aide dans la conception de leur solution, monitoring, coaching, appui financier) pour transformer leurs idées en entreprises innovantes, leur permettant ainsi de contribuer à leurs économies locales, à travers la création de nouveaux emplois. A noter que le Maroc est le premier pays de la région MENA à bénéficier de ce programme d'incubation.

C’est d’ailleurs dans cet esprit que cette année des stands ont été offerts à des startups actives dans le secteur agricole.

Agro it days

Lors de la deuxième édition de l’Agro It Days qui s’est tenue en marge du salon, et qui a permis la communication autour des chantiers de digitalisation du secteur agricole portés par des technologies comme l’imagerie satellite, l’intelligence artificielle, les objets connectés, les drones, … les Pays-Bas ont animé une conférence sur l’intelligence artificielle en élevage laitier. L’occasion de mettre en avant le système innovant de gestion des élevages laitiers développé par la startup hollandaise Bles Dairies. Ce système est basé sur la collecte en continu d’informations sur l’élevage et sur le comportement de chaque vache. L’analyse de ces données offre à l’éleveur des éléments précieux pour la prise de décision et pour assurer une bonne gestion du troupeau.

Renforcement de la coopération

La réception organisée sur le pavillon hollandais a été l’occasion de la signature d’une importante convention entre le PUM (Organisme de conseil pour les entreprises), d’un côté, et les associations professionnelles agricoles et chambres d’agricultures marocaines, de l’autre, pour l’assistance technique, le conseil et le renforcement de leurs capacités.

Ont été invités à cette réception, les exposants hollandais et leurs partenaires marocains, des journalistes, etc. Une initiative qui avait pour objectif de faciliter les contacts et stimuler les échanges dans un cadre convivial et décontracté.

Historiquement, le Maroc est le premier pays d'Afrique du Nord avec lequel les Pays-Bas ont noué des relations diplomatiques avec des relations bilatérales qui n’ont cessé de se renforcer au cours du temps et qui couvrent des secteurs de plus en plus larges. Toutefois le potentiel d’amélioration des échanges commerciaux et de la collaboration mutuellement bénéfique, reste très important et ne demande qu’à être développé, pour l’intérêt des deux parties. L’avenir des relations maroco-hollandaises est prometteur et ne peut qu’aller de l’avant.