La pêche au chalut à impulsion

Qu’est-ce que la pêche au chalut à impulsion ?

La pêche au chalut à impulsion est une technique de pêche, consistant à effrayer les poissons plats par de faibles impulsions, afin qu’ils décollent du fond marin et nagent dans le filet.

La pêche traditionnelle au chalut utilise des chaînes qui remuent la surface du fond marin et perturbe ainsi son écosystème. La technique au chalut à impulsion est pratiquée aux Pays-Bas pour pêcher la sole et les crevettes.

Pourquoi la pêche au chalut à impulsion est-elle si importante pour les Pays-Bas ?

La pêche des poissons plats constitue la principale activité économique du secteur de la pêche aux Pays-Bas. Les principales espèces pêchées sont la sole et la plie (ou carrelet). Pour la sole, les Pays-Bas disposent, en Mer du Nord, d’un quota de pêche qui s’élève à environ 75% du quota total européen pour la sole.

La sole est l’espèce la plus rémunératrice aux Pays-Bas. La technique au chalut à impulsion s’avère l’engin de pêche le plus prometteur pour cette espèce.

La pêche au chalut à perche conventionnel (avec chaînes) ‘laboure’ la surface du fond marin, ce qui provoque un remuement important du fond, ainsi que des captures accessoires élevées et une consommation importante de carburant, induite par l’usage de lourdes chaînes qui ‘raclent’ le fond marin.

La pêche à l’aide de l’électricité

L’Union européenne a interdit la pêche à l’explosif, la pêche au poison et la pêche à l’électricité. La technique à l’électricité avait été interdite en raison de l’usage qui en était fait : tuer ou engourdir les poissons.

La pêche au chalut à impulsion (électrique) est, en revanche, une technique de pêche tout autre. Cette technique utilise un chalut à faible impulsion électrique afin d’effrayer les poissons plats (ou crevettes) pour qu’ils nagent dans le filet. Cette technique de pêche permet de remuer nettement moins les fonds marins et permet de les protéger ainsi davantage.

Les pêcheurs, utilisant le chalut à impulsion, peuvent exercer leur activité, seulement après l’obtention d’une autorisation, accordé dans le cadre du programme de recherche pluriannuel. A cet effet, les Pays-Bas font usage des possibilités de dérogation, de nature temporaire, accordées dans le cadre de la réglementation européenne en vigueur.

Le nombre de bateaux de pêche néerlandais, disposant actuellement d’une autorisation de pêche au chalut à impulsion, s’élève à 84 navires. Le nombre de bateaux avec autorisation réellement actif en mer s’élève à 79.

Une autorisation définitive : quel est le processus de décision ?

Une autorisation définitive pour la technique de pêche au chalut à impulsion doit être accordée dans le cadre du Règlement européen ‘Mesures techniques’. En conformité avec la procédure législative de l’Union européenne, relative aux Règlements européens, la Commission européenne doit faire un projet de proposition qui fera ensuite l’objet d’un vote au niveau du Conseil européen et du Parlement européen. Ces 2 institutions doivent adopter une position. Ensuite, le projet de proposition sera négocié dans le cadre du trilogue (Commission, Conseil, Parlement européen).

Quelle est la situation actuelle ?

  • Un projet de proposition de la Commission européenne concernant une autorisation - cependant sous réserve de certaines conditions techniques ;
  • Vote du Conseil européen (les Pays-Bas avaient exprimé un vote défavorable) : avis défavorable à l’égard de la proposition précitée. Proposition du Conseil : une limitation à 5% de la flotte de pêche avec autorisation pour utiliser le chalut à impulsion ;
  • Le 21 novembre 2017, la Commission spécialisée Pêche du Parlement européen a voté en faveur d’un compromis : une limitation de 5% de la flotte jusqu’à 2020. A partir de 2020 : une autorisation définitive sans limitation, à condition que le programme de recherche pluriannuel n’aura pas démontré des effets négatifs sur les écosystèmes. Il est prévu que le Parlement européen votera en session plénière, début 2018.

Les avantages de la pêche au chalut à impulsion -comparaison avec la technique conventionnelle de pêche au chalut à perche

La technique de pêche au chalut à impulsion présente beaucoup d’avantages écologiques par rapport à la technique conventionnelle de pêche au chalut à perche. Ces avantages sont démontrés par la recherche, effectuée jusqu’en 2016 :

  • Diminution de 50% des captures accessoires, non-souhaitées, de vie sous-marine et de poissons sous la maille ;
  • Diminution de 46% de la consommation de carburant ;
  • Amélioration de la sélectivité pour la pêche à la sole ; augmentation de chances de survie pour la capture accessoire, non-souhaitée, de soles ou plies sous la maille ;
  • Diminution de 20% de la surface du fond marin par heure de pêche ; diminution de la pénétration de l’engin de pêche dans le fond marin.

Que font les Pays-Bas pour la recherche ?

Un programme de recherche pluriannuel d’une durée de 4 ans a été lancé en 2016. Cette recherche porte sur l’impact à long terme de la technique de pêche au chalut à impulsion sur les organismes marins et sur l’écosystème du fond marin. Celle-ci vise, ensuite, faire évaluer les effets à une autre échelle, celle au niveau d’une flotte, ainsi qu’au niveau de l’écosystème global. Ce programme de recherche est cofinancé par le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP).

Afin d’assurer la qualité scientifique du programme de recherche, la surveillance de l’exécution de ce programme a été confiée à une Commission de scientifiques internationaux (ISAC). Les résultats de la recherche seront évalués par les instituts de recherche internationaux : le CIEM (Conseil International de l’Exploration de la Mer) et le STEFC (Scientific, Technical and Economical Council for Fisheries).

En marge du programme de recherche pluriannuel (4 ans), les bateaux de pêche, ayant une autorisation de pêche au chalut à impulsion, participent tous – en collaboration avec les universités et la recherche – à une collecte de données relatives aux espèces de poissons plats. Ce programme de recherche vise la participation de tous les bateaux avec autorisation afin de collecter les données de capture par sortie en mer. Ces données, combinées avec les données historiques disponibles, ainsi qu’avec une prise en compte de l’espace et du temps, sont utilisées à des fins d’analyse de la sélectivité et de l’efficacité des captures.

En 2018, un autre programme de recherche (limité à une échelle restreinte) sera mis en œuvre, visant la composition de la capture lors de la pêche aux crevettes à l’aide du chalut à impulsion destiné à cette catégorie. Là aussi, il s’agit d’une étude comparative avec le chalut traditionnel pour crevettes. Ce programme bénéficie également d’un cofinancement par le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP).

A la recherche d’informations complémentaires ?